Week-end automnal dans le Beaujolais

Il ne fait ni très beau ni très chaud, mais ça ne nous fait pas peur ! Au moindre rayon de soleil, on compte bien en profiter pour faire une bonne sortie. Le plan ce week-end : tester la Voie Verte entre Chalon-sur-Saône et Mâcon, avant de poursuivre par le Beaujolais.

Arrivée le samedi à Chalon-sur-Saône en train, en tout début d’après-midi. La Voie Verte est bien balisée, et nous emmène assez rapidement dans la campagne. Il s’agit d’une ancienne voie ferrée réhabilitée, avec tous ses avantages et ses inconvénients. Elle est en effet très jolie, passe dans de petits tunnels, et traverse tout droit la campagne sans aucune montée.

La Voie (très) Verte
La Voie (très) Verte

La piste nous fait passer par toutes les petites gares autrefois desservies par cette ligne de train. Ces gares sont pour certaines désormais habitées, d’autres abritent l’Office du Tourisme de leur village, mais toutes ont été conservées « dans leur jus », avec leurs panneaux, leurs quais, leurs auvents, et parfois même leurs traverses en bois. C’est comme un voyage à travers le temps, très ludique et pittoresque.

Ancienne gare de Buxy
Ancienne gare de Buxy
Ancienne Gare de Gengous-le-National
Ancienne Gare de Gengoux-le-National

On arrive peu à peu dans le Mâconnais, où les vignes ont revêtu leurs plus belles couleurs en ce mois d’octobre. Le ciel reste bien gris, mais le soleil perce et nous offre des lumières magnifiques.

Un peu avant l’arrivée à notre point de chute du soir, nous passons par Cluny, et une belle éclaircie nous offre une vision assez éblouissante de son impressionnante abbaye.

Abbaye de Cluny
Abbaye de Cluny

Après quelques kilomètres un peu longs à la tombée du jour sur une route en faux plat montant, nous voici arrivés au camping du Lac de Saint Point. Il fait un peu frais, mais surtout très humide, et nous sommes quasiment seuls dans le camping. Nous voyant débarquer avec nos vélos et nos tentes, le gérant a visiblement pitié de nous, et nous propose de dormir dans la salle de bibliothèque du camping, avec chauffage et matelas. Le grand luxe ! Après un bon repas au Camping Gaz, nous voici donc bien au chaud, partis pour une bonne nuit.

Le lendemain matin, le temps est au brouillard ! Les paysages sont magnifiques et un peu fantomatiques.

À l'approche du Col de Fontmartin
À l’approche du Col de Fontmartin
À la sortie de Tramayes
À la sortie de Tramayes

Nous démarrons cette journée par un café au bar de Tramayes, et quelques courses dans les commerces du village pour le pique-nique de midi. Le paysage est bien plus vallonné que la veille, et les cols s’enchaînent : col de Grand Vent, col de Boubon, col de Fontmartin, col de Durbize…

En redescendant, le brouillard se dissipe pour nous laisser voir les vignes du Beaujolais, toujours aussi jaunes, rouges, orangées, automnales.

Après une dernière montée au col du Mont Brouilly, redescente sur Villefranche-sur-Saône par une départementale assez fréquentée et pas très folichonne.

Un week-end très varié donc, pendant lequel nous avons pu profiter de toutes les beautés de l’automne, et de coins que nous n’avions encore jamais parcourus à vélo. Une très belle sortie !

Descriptif total

Train aller samedi : Lyon Part Dieu 11h16, arrivée à Chalon vers 12h30
Train retour dimanche : Villefranche à 18h21, arrivée à Lyon vers 19h
137 kilomètres, et 1547 mètres de dénivelée positive

Points forts

  • Sur la première journée, le côté pittoresque et tranquille de la Voie Verte, et la découverte de toutes ces jolies gares restées dans leur jus et très bien entretenues.
  • La Voie Verte est également très bien balisée. Aucun besoin d’une carte tant qu’on suit le balisage.
  • Dans le Beaujolais, les collines, les paysages, les couleurs automnales dans les vignes.

Points faibles

  • Le côté un peu monotone de la Voie Verte, avec ses lignes droites et son absence de dénivelée.

 

Jour 1

Jour 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *